Les crash-tests des sièges auto

ADAC, TCS, STIWA, Que choisir, which... 

Pourquoi faire des crash-tests de sièges auto en complément ?

 

Ces tests sont plus exigeants et viennent donc en complément de l'homologation européenne (ECE R44 et R129 i-size) et en comblent certaines lacunes.

> En savoir plus sur la réglementation ECE R44/04

> En savoir plus sur la réglementation ECE R129 (i-size)


Malgré l’amélioration considérable de la sécurité des sièges-auto qui a été constatée ces dernières années, de nombreux sièges sont, chaque année, évalués comme « non recommandés » .

 

Parce oui tous les sièges auto ne se valent pas (dossier à lire) !

Il est important de signaler que ces Clubs sont à but non lucratif, et qu'il n'y aucune entente commerciale.
Une même marque peut ainsi obtenir  des sièges recommandés et non recommandés.​

 

Une fois que les résultats sont publiés, les fabricants peuvent demander à STIWA, ADAC, OAMTC et TCS l'autorisation d'appliquer une plaque signalétique sur le produit indiquant la note obtenue  (ci-dessous des exemples)

Le protocole de l'IRCT
1 - La sécurité = 50 % de la note générale (Unique critère sur lequel se base Sécurange)

Les sièges-autos homologués selon le règlement européen ECE R44/04 sont testés dans des carrosseries de VW Golf VII (depuis 2015, anciennement des Golf VI) montées sur des chariots de contrôle.

 

  • Jugement objectif de l'efficacité de protection du siège-auto en cas de collision frontale (64 km/h) à l'aide de capteurs d'accélération et d'analyse vidéo. Le véhicule passe de 64 km/h à 0 km/h sur une distance de 1 m environ (décélération atteignant 30 G).

  • Jugement objectif de l'efficacité de protection du siège-auto en cas de collision latérale (50km/h) à l'aide de capteurs d'accélération et d'analyse vidéo. Le banc d’essai reproduit un choc latéral contre un véhicule roulant à 50 km/h avec un angle de 10° et un enfoncement de la porte de 10 cm (décélération atteignant 20 G).

  • Jugement subjectif de la stabilité sur le siège arrière du véhicule et du guidage de la ceinture avec réglage à la taille de l'enfant.

 

Le test est réalisé sur la position assise et pour autant que cela soit possible sur la position allongée. Pour tester les sièges dans toutes les configurations (isofix ou pas, avec ou sans base, face et dos route...), l'ADAC peut disposer de plus de 20 échantillons du même siège !

A noter que ce ne sont pas des prototypes de sièges qui sont testés mais bien les versions disponibles en magasin

 

Chaque siège est testé avec le mannequin le plus petit et le mannequin le plus grand prévus pour le siège. 

 

On tente alors de reproduire un choc pour mesurer le risque de lésions du cerveau, des vertèbres, de l’abdomen et des différents organes vitaux de l'enfant. Depuis 2015, les tests mesurent aussi la pression que peut exercer un siège bouclier sur le thorax de l'enfant.

 

2 - Maniement, comoditité d'utilisation (=40 % de la note finale)
et Confort, ergonomie (10% de la note finale)

Ces essais sont réalisés avec des mannequins et de vrais enfants dans les véhicules suivants : Fiat 500 ; Opel Astra ; Ford Galaxy.

  • Montage et démontage du siège d'enfant ainsi que maniabilité pour installer et assurer l'enfant.

  • Clarté du mode d'emploi

  • Jugement de l'utilisation erronée selon le nombre et la gravité des erreurs possibles lors du montage et de l'installation de l'enfant.

  • Confort et place pour l'enfant ainsi que place requise du siège dans le véhicule

  • Prise en compte des finitions, accessoires disponibles ainsi que déhoussage et nettoyage de la housse.

  • clarté des explications données dans le mode d’emploi

  • ...

 

 

Le critère suivant « santé et environnement » ne sont pas utilisés pour le calcul de la note, mais peuvent faire chuter le score global.

 

3 - Teneur en substance nocives (SN)

Ce critère n’est pas pris en compte dans le calcul de la note finale, mais il peut limiter la note globale dans les cas où la mesure est trop mauvaise.

Depuis quelques années un contrôle des substances nocives (comme les phtalènes et les métaux lourds) est effectué. Toutes les pièces du siège qui sont en contact avec l'enfant sont examinées.

 

Les substances recherchées  :
– les HAP ;
– les phtalates dans les plastifiants ;
– les retardateurs de flamme ;
– les composés phénoliques ;
– les antifongiques et insecticides ;
– le formaldéhyde ;

En prenant en compte les 3 premiers critères le siège obtient une note allant de 1 à 5 étoiles.

  • ★★★★★ excellent (min 80% sécurité, min 80% ergonomie et min 40% de contrôle des SN)

  • ★★★★ très recommandé (min 60% sécurité, min 60% ergonomie et min 40% de contrôle des SN)

  • ★★★ recommandé (min 40% sécurité, min 40% ergonomie et min 30% de contrôle des SN)

  • ★★ recommandé avec réserve (min 20% sécurité, min 20% ergonomie et min 30% de contrôle des SN)

  • ★ non recommandé​ (< 20% sécurité, < 20% ergonomie et < 20% de contrôle des SN)

Comment connaitre les résultats de ces tests ?

De plus en plus souvent, sur les sites des constructeurs ou les boutiques

"Quand elles obtiennent de bons résultats" les marques n’hésitent pas à faire figurer les petites étiquettes des résultats ! Vous les trouverez soit sur leur site, soit même en boutique accrochées aux sièges ! Bien sûr, si les résultats sont mauvais ou s'il n'y a pas eu de test, il n'y aura aucune information.

​​Directement sur les sites des organismes


2 sessions chaque année : les résultats sont publiés en mai et en octobre.

Pas toujours en français, il faut utiliser Google traduction si besoin

Les informations sont publiques sur les sites suivants :

Sécurange est non affiliée à des marques en securité auto

© Sécurange 2013 / Graphisme : Aurélie Magnan